Le combat naval du 5 novembre 1813

Un événement, deux représentations et deux visions différentes du bref combat naval qui eut lieu au large de Toulon le 5 novembre 1813, déjà évoqué sur ce blog.

La première (à gauche) est d’Auguste Mayer (1805-1890), peintre brestois. La seconde (à droite) de Thomas Luny (1759-1837), peintre anglais. Les deux œuvres ont été réalisées dans les années 1830, bien après la combat.

On constate que le Français a peint le vaisseau le Wagram du contre-amiral Cosmao-Kerjulien s’interposant seul contre toute l’escadre britannique, organisée classiquement en ligne de file, afin de sauver l’Agamemnon (capitaine de vaisseau Jean-Marie Letellier), 74 canons en grande difficulté qui se trouve à droite du trois-ponts français sur la toile. Cette thématique du « seul contre tous » se retrouve beaucoup en France dans les tableaux marines datant de cette époque. Ici encore, c’est un sujet que j’ai déjà eu l’occasion de traiter sur Trois-Ponts!

L’angle pris par l’artiste anglais est très différent. La fuite presque pathétique de l’escadre française, se réfugiant dans la rade de Toulon sans combattre, est mise en avant. Au premier plan, on distingue deux vaisseaux trois-ponts britanniques (à gauche, le 120 canons Caledonia et à droite, le 98 canons Boyne) aux prises avec un deux-ponts français, probablement l’Agamemnon. L’action du Wagram n’est ici pas représentée.

Deux visions du combat très différentes, je le répète, mais deux visions relativement réalistes de l’action du 5 novembre 1813. En art, comme dans beaucoup d’autres domaines, tout semble être une question de point de vue…

A propos du camp de Boulogne, rencontre avec Sophie Muffat

A l’occasion de la diffusion récente par les éditions Ancre de la Monographie Bateau canonnier, modèle An XII, paru en 2012, j’ai interrogé Sophie Muffat, auteur de la partie historique de cet ouvrage, à propos de la flottille de Boulogne et du projet d’invasion de l’Angleterre par Napoléon suite à la rupture de la paix d’Amiens en 1803.

Sophie Muffat est une spécialiste de la marine à l’époque napoléonienne. Elle a notamment participé en 2017 au colloque Les rivages de la conquête, organisé par l’Inrap, la ville d’Étaples et la Fondation Napoléon, qui portait sur le camp de Boulogne et dont la première partie des actes a récemment été publiée par la revue Napoleonica.

Son prochain ouvrage Desaix en Egypte, co-écrit avec Pascal Cyr, paraitra aux éditions AKFG le mois prochain. Elle travaille également sur un prochain livre à propos de la vie quotidienne des marins pendant le Consulat et l’Empire, qui devrait être publié l’année prochaine par les éditions Soteca.

Lire la suite

La marine sous le Premier et le Second Empire (Institut Napoléon)

Je signale la parution récente des actes du colloque de Rueil de 2016, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, à propos de La Marine sous le Premier et le Second Empire, dans la Collection de l’Institut Napoléon.

Au sommaire de cet ouvrage :

Introduction par Jacques-Olivier Boudon

Le temps refusé. La Marine royale après la guerre d’Amérique par Olivier Chaline

Les Bonaparte et la mer par Michel Vergé-Franceschi

Marine et colonies. Jérôme Bonaparte et l’échec du projet d’empire caraïbe par Jacques-Olivier Boudon

La guerre de course sous l’Empire par Patrick Villiers

Napoléon et la Méditerranée par Jacques-Olivier Boudon

La politique navale de la France sous le Premier et le Second Empire : comparaison par Michèle Battesti

Du Premier au Second Empire, l’évolution du métier d’officier de marine par Hélène Vencent

Les compagnies transocéaniques de navigation à vapeur sous le Second Empire par Marie-Françoise Berneron-Couvenhes

Bibliographie

Pour en finir avec huit idées fausses sur la bataille de Trafalgar (21 octobre 1805)

L’histoire est connue. Suite à la rupture de la paix d’Amiens, le 12 mai 1803, Napoléon Bonaparte, encore Premier Consul mais bientôt Empereur des Français, décide de rassembler au camp de Boulogne une armée destinée à envahir le sud de l’Angleterre. Pour permettre le débarquement des troupes sur les cotes anglaises, il est toutefois nécessaire d’éloigner la Royal Navy – bien plus forte que la flotte française – de la Manche. L’entrée en guerre de l’Espagne au coté de la France va permettre la mise en place d’un plan imaginé sous l’Ancien Régime : réunir toutes les escadres françaises et espagnoles afin d’obtenir, du moins en théorie, la supériorité quantitative des alliés sur les Anglais dans la Manche.

A la tête de l’escadre de Toulon, l’amiral Villeneuve est donc chargé de débloquer l’escadre espagnole, commandée par Gravina, à Cadix, puis d’attirer les Anglais aux Antilles, ce qu’il fait, puis de foncer sur la Manche provisoirement vide. Le mauvais état des vaisseaux, le manque d’entrainement des équipages et les mauvaises conditions climatiques font que le voyage est long. Nelson – qui pensait à tort que l’objectif final des Français était une nouvelle fois l’Égypte et s’attarda par conséquent en Méditerranée – rattrape rapidement son retard. Dés l’annonce de la présence de Nelson aux Antilles, Villeneuve veut (conformément au plan envisagé par Napoléon) rejoindre la France. Au large du cap Finisterre, il rencontre l’escadre de Calder et livre le combat dit des Quinze-Vingt, le 22 juillet 1805. A la suite de quoi, n’osant pas se diriger vers Brest afin de débloquer et rallier l’escadre de Ganteaume, il rallie Vigo puis Cadix, où il est bloqué par les vaisseaux anglais dés le 21 août. Deux mois  plus tard, l’escadre franco-espagnole quitte Cadix et se fait quasiment anéantir par l’escadre de Nelson, qui est tué pendant le combat…

La bataille de Trafalgar, célébrée chaque 21 octobre par les Britanniques, est probablement la bataille navale la plus connue de l’Histoire. Pour les Espagnols, elle marqua la fin de leur puissance navale vieille de plusieurs siècles. Pour les Français, elle eut une influence psychologique considérable. Naturellement, elle fut largement commentée et analysée, et bien des idées fausses sont, encore aujourd’hui, rapportées à son sujet…

Lire la suite

Liste des vaisseaux de la Marine française (1789-1815)

J’ai retrouvé dans mes brouillons de travail un tableau intéressant, que j’ai réalisé en 2010. Il liste les vaisseaux de ligne qui ont servi dans la Marine française entre 1789 à 1815. On y compte 200 navires : 10 vaisseaux de 118 canons, 7 vaisseaux de 110 canons, 34 vaisseaux de 80 canons et 149 vaisseaux de 74 canons. La majorité d’entre eux sont issus des plans Sané-Borda adoptés par la Marine à la fin de l’Ancien Régime.

Deux sources principales ont été utilisées pour la réalisation de ce tableau : d’une part, le Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours de Jean-Michel Roche, et d’autre part, les travaux de Jean Boudriot, notamment son ouvrage Les vaisseaux de 74 à 120 canons.

Lire la suite

Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire


Dans le billet consacré à la thèse de Michèle Battesti sur La marine de Napoléon III, sans doute l’ouvrage de référence sur le sujet, je regrettais l’absence – à ma connaissance – de travail récent équivalent pour la marine de Napoléon Ier, dont l’histoire est certes bien plus triste, et concluais ainsi : « A quand un équivalent pour la marine du Premier Empire… ? » La réponse était peut-être 2014.

Souvenez-vous, il y a quatre ans environ, un hors-série de la Revue du Souvenir Napoléonien consacré à La marine sous les deux empires nous apprenait que Pierre Lévêque, professeur agrégé d’histoire-géographie qui avait notamment soutenu une thèse intéressante sur Les officiers de la marine du Premier Empire – éditée en 2003 par le Service Historique de la Marine, devenu depuis Service Historique de la Défense – travaillait sur un nouvel ouvrage à propos de l’Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire. Vaste sujet !

Cet ouvrage est paru cette année, il y a quelques mois, de manière incroyablement discrète. Ce manque de publicité est d’autant plus étonnant et regrettable que cette Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire semble être un véritable monument : deux volumes (21 x 29,7 cm), Du 18 brumaire à Trafalgar et Après Trafalgar, de 550 pages chacun environ !

N’ayant pas encore eu la chance de le lire, je ne me prononcerai pas quant au contenu de ce travail mais il me semble que celui-ci est assez prometteur. En tout cas, j’y attends beaucoup !

Des vaisseaux russes cédés à la France (1809)

J’indiquais dans un précèdent billet à propos de l’École navale que l’un des premiers vaisseaux-écoles aménagés sous l’Empire pour recevoir et former les futurs officiers de la Marine française fut en fait un vieux vaisseau russe, cédé à la France en décembre 1809. L’histoire de cette cession mérite d’être précisée.

Lire la suite