Vasa : effets d’un tir en plein bois

Expérience intéressante. Des passionnés suédois, membres de l’Association des Amis du Musée Vasa (Vasamuseets Vänner) ont construit une réplique exacte d’un canon de bronze de 24 livres, type de canon que portait le Vasa, fameux vaisseau suédois de la première moitié du 17e siècle, avec lequel ils ont effectué plusieurs tirs d’essai, le 22 octobre dernier, contre une reconstitution de la muraille du navire réalisée en chêne. Le but de l’expérience était d’étudier le résultat (impressionnant sur la vidéo ci-dessous) que pouvait avoir le tir en plein bois de l’un de ces canons sur la coque d’un vaisseau de cette époque. On peut ainsi imaginer, non sans effroi, l’effet dévastateur et meurtrier d’un tel tir sur l’équipage du navire touché, du fait surtout des nombreux éclats de bois. Plusieurs autres points sont à noter : le recul assez spectaculaire du canon au moment du tir, la puissance de sa détonation ainsi que la fumée importante qui s’en dégage. Pour information, il y avait près de 10000 canons français, anglais et hollandais à la bataille de Béveziers de 1690…

Le Vasa suédois – l’un des plus grands vaisseaux et les plus décorés de son temps – fut construit entre 1626 et 1628 et a la particularité d’avoir sombré dés sa première sortie, le 10 août 1628. En effet, quelques minutes seulement après avoir largué les amarres en grande pompe devant le palais royal de Stockholm, un coup de vent fit incliner fortement le vaisseau vers bâbord, causant une voie d’eau par les sabords de la batterie basse restés ouverts. Malgré les multiples tentatives de l’équipage pour redresser le vaisseau, le Vasa s’enfonça rapidement dans les flots, sous les yeux stupéfaits d’une foule immense venue assister à l’appareillage du magnifique navire. Son épave, intacte, fut heureusement renflouée en 1961 et est exposée au Musée Vasa ou Vasamuseet, à Stockholm, depuis 1990.

Napoléon et la mer : conférence de Michèle Battesti

Dans le cadre de l’exposition Napoléon et l’Europe organisée par le Musée de l’Armée (27 mars – 14 juillet 2013), Michèle Battesti – spécialiste de la marine du XIXe siècle notamment auteur d’une remarquable thèse universitaire à propos de la marine de Napoléon III – a tenu une conférence en mars dernier au sujet de Napoléon et la mer.

Lire la suite

Le prix Amiral Daveluy

Le Centre d’Étude Supérieur de la Marine (CESM) a mis en ligne il y a quelques jours le nouveau règlement du Prix Daveluy, l’occasion de parler rapidement de ce prix (certains étudiants lisant ces lignes seront peut être intéressés) et des lauréats 2012, auteurs de remarquables travaux sur le sujet qui nous passionne !

Créé par le chef d’état-major de la marine en 1996, le prix « Amiral Daveluy »* récompense depuis maintenant plus de quinze ans différents travaux de recherche et de réflexion à caractère historique, géopolitique et juridique dans les domaines de la pensée navale et du fait maritime.

Ayant pour objectif d’encourager et de promouvoir des travaux de recherche et de réflexion afin de faire progresser les connaissances dans le domaine maritime, le prix Daveluy participe au rayonnement de la Marine vers les universités et les grandes écoles. En début de chaque année universitaire, les étudiants en droit, en histoire, en sciences politiques ou encore en géopolitique, ayant choisis un sujet lié à la mer dans le cadre de leur master ou de leur thèse, envoient leurs travaux au Centre d’études supérieures où ils sont évalués par un jury constitué de plusieurs spécialistes du monde maritime, civils et militaires. Il est à noter que les travaux peuvent être présentés jusqu’à deux ans après leur soutenance.

Lire la suite

La symbolique des noms de navires de guerre français

Un bref billet pour vous présenter un intéressant article, signé Martine Acerra, auteur de plusieurs ouvrages sur l’époque de la marine à voile, à propos de « La symbolique des noms de navires de guerre dans la marine française (1661-1815) ». (Histoire, économie et société. 1997, 16e année, n°1. pp. 45-61).

Résumé : « 969 noms différents ont été donnés aux 1376 vaisseaux et frégates ayant formé la flotte militaire française de Louis XIV à Napoléon 1er. Ces différents vocables quelquefois repris, noms ou adjectifs parfois d’origine mythologique, rarement de référence religieuse, évoquent quatre thèmes principaux : la mer, la guerre, la souveraineté, la géographie. Sous Louis XIV, la brutale augmentation numérique de la flotte permet au souverain d’en donner une image royale, étatique et indépendante du privé comme du local. Le thème guerrier progresse au XVIIIe siècle en adéquation avec le changement de la guerre sur mer en une véritable entreprise de destruction. En parallèle, on remarque la disparition presque complète du thème maritime au cours des périodes révolutionnaire et impériale qui sont aussi l’occasion d’affirmer une légitimité différente. L’Empire montre une nette propension à « continentaliser » la marine par le biais d’appellations nouvelles. Le terrestre l’emporte sur le maritime. La flotte devient le miroir des conquêtes territoriales et des victoires, comme si nommer un vaisseau Austerlitz effaçait le désastre de Trafalgar. »

Bonne lecture !

Le site du musée de la Marine

Le site « provisoire » du musée de la Marine propose depuis quelques temps déjà, mais je m’y suis replongé récemment, des programmes multimédia ma foi intéressants, notamment ceux concernant « la construction navale », « la vie à bord d’un vaisseau de 74 canons » ou « Napoléon et la mer »…

Le musée de la Marine propose également quelques vidéos, sur divers sujets, sur le site Youtube.

A voir…

Les flottes de combat en 1914

Ma petite (et belle) découverte du jour : l’ouvrage Les flottes de combat en 1914 est disponible sur le site Gallica. Je ne présente pas Flottes de combat, je pense que tout le monde connait !

LIEN

Je m’intéresse de plus en plus ces derniers temps à la marine du début du XXe siècle, ne soyez donc pas étonnez si j’en parle de plus en plus sur ce blog, blog dont on pourrait penser limité à la seule marine à voile… Ce n’est heureusement pas le cas car, en vérité, aucune limite n’est véritablement posée…

La gendarmerie maritime en France de 1804 à 1870

Je suis tombé il y a quelques semaines, tout à fait par hasard, sur la thèse de M. Richard Moles, portant sur La gendarmerie maritime en France de 1804 à 1870.

Cette thèse, placée sous la direction du professeur émérite Jules Maurin de l’Université de Montpellier III, a été soutenu le 28 mai 2009.

Elle est consultable dans la Bibliothèque numérique de la Fondation Napoléon.