La puissance navale française face au choléra en Méditerranée (1831-1856)

Je signale la parution le 20 août prochain d’un ouvrage au sujet fort intéressant : Un choc de circulation – La puissance navale française face au choléra en Méditerranée (1831-1856), par Benoit Pouget aux Presses Universitaires de Rennes.

« Le choléra, « épreuve cruciale et révélatrice […] pour apprécier la valeur intellectuelle et le courage des officiers de santé de la Marine », selon l’expression de Jacques Léonard, met au défi la Marine française dans son ensemble. Le choléra est une épreuve qui interroge l’instrument naval français et ses actions au-delà des seules problématiques de l’hygiène navale ou de la contribution des navigations à la diffusion de l’épidémie. Il est à la fois une épreuve de terrain, locale, collective comme individuelle, et un enjeu de relations internationales. En proposant une étude sur la confrontation entre la puissance navale française en Méditerranée et la circulation du choléra entre 1831 et 1856, il s’agit de comprendre, essentiellement à travers un regard naval, comment, au-delà du péril majeur que ces épidémies successives constituent pour la santé publique en France et en Méditerranée, elles en viennent à représenter une formidable opportunité offerte à la France de s’affirmer comme une puissance sanitaire de premier plan, alors que se préparent deux premières conférences sanitaires internationales de Paris (1851 et 1859). »

L’empereur Napoléon III et la reine Victoria à Cherbourg, le 6 août 1858

Visite de Napoléon III et Victoria à Cherbourg

Le 6 août 1858, la Reine Victoria s’apprête à monter à bord du vaisseau amiral la Bretagne, par Léon Morel-Fatio

Quelques mots sur cette œuvre remarquable du Musée national de la marine, signée Léon Morel-Fatio (1859). Nous sommes le 6 août 1858, Napoléon III reçoit la reine d’Angleterre en rade de Cherbourg. La peinture représente le canot de la reine Victoria et du prince consort Albert se dirigeant vers le vaisseau la Bretagne, le dernier trois-ponts construit par la France, à bord duquel a lieu une réception en l’honneur du couple royal.

Lire la suite

Le petit hunier du HMS Victory à Trafalgar

Rare photographie (crédit : Bruce Buckland) d’un trésor du patrimoine naval, britannique mais pas seulement : celle d’une voile du fameux HMS Victory, vaisseau-amiral d’Horatio Nelson pendant la bataille de Trafalgar (21 octobre 1805). Conservée par les Britanniques pendant un siècle avant d’être quelque peu oubliée, elle fut retrouvée tout à fait par hasard au début des années 1960.

Lire la suite

Revue historique des armées n°296 : la bataille de Velez-Malaga (1704)

Le dernier numéro (n°296, décembre 2019) de la Revue historique des armées est consacré à la bataille de Vélez-Málaga (24 août 1704) et à la guerre sur mer à l’époque de Louis XIV.

La bataille de Vélez-Málaga est l’une des plus formidables batailles navales de l’Histoire. 93 navires français, 3522 canons et 24275 hommes y affrontèrent 65 navires anglo-néerlandais, 3614 canons et 22453 hommes.

Vous pouvez vous procurer ce numéro via le Service Historique de la Défense.

Lire la suite

Vaisseau contre galères

Prise d’un vaisseau hollandais par les galères de France à la hauteur d’Ostende, juillet 1702. Par Théodore Gudin. Châteaux de Versailles et de Trianon, Versailles, France

L’apparition du vaisseau de ligne et son développement au XVIIe siècle eut pour conséquence le déclin de la galère, quelques décennies seulement après la bataille de Lépante (1571), où elle joua pourtant un rôle décisif. Bien que jouissant encore d’un certain prestige, qu’elle conserva en France jusqu’au XVIIIe siècle, la galère n’eut dés la constitution de la première marine de Louis XIV plus qu’un rôle auxiliaire : missions de patrouille, de course ou de protection des convois.

La galère disposait toutefois d’avantages certains sur les navires à voiles. Sa légèreté et son faible tirant d’eau lui permettaient une grande souplesse de manœuvre, sa propulsion la rendait indépendante de la force ou de la direction du vent et en outre sa proue était armée d’une très puissante pièce d’artillerie (dite coursier). Bien utilisées, ces qualités pouvaient être décisives dans un combat opposant des galères à un vaisseau, à la condition bien sûr que l’absence de vent paralyse les mouvements de ce dernier, et que les galères agissent « en meute », groupées et de manière coordonnée.

Lire la suite

14 février 1778 : la reconnaissance de la bannière étoilée par la Marine française

La Marine française saluant la bannière étoilée pour la première fois. Par Edward Moran (1829-1901), U.S. Naval Academy Museum

Événement très symbolique : le 14 février 1778, en baie de Quiberon, le vaisseau français le Robuste, portant la marque de La Motte Picquet, salue la bannière étoilée de la corvette américaine Ranger, commandée par le capitaine John Paul Jones. Le 74 canons français tire neuf coups de canon en retour des treize coups tirés par le navire américain (treize pour les treize États américains).

Pour la première fois de l’Histoire, le « Stars and Stripes » est reconnu par une puissance étrangère, et en l’occurrence par la France, quelques jours après la signature du Traité d’alliance entre les deux pays, le 6 février 1778.

Lire la suite

Histoire de la marine impériale russe après 1870

Être éditeur d’ouvrages ou de revues d’histoire militaire n’est pas chose facile en France. Un exemple : les éditions Lela Presse avait initialement prévu la parution en décembre 2019 d’un nouvel ouvrage dans sa collection Marines du monde : La Marine impériale russe de 1870 à sa chute, par Marc Saibène. Un sujet intéressant et très peu traité en français ! Cette parution a dernièrement été reportée à la fin du mois de février 2020, à cause du trop faible nombre de commandes : 111 sur 200 nécessaires. Affaire à suivre…

Plus d’informations sur cet ouvrage ICI.

Lucien Arman, un constructeur de navires à Bordeaux au XIXe siècle, par Alain Clouet

Alain Clouet, auteur du site La flotte de Napoléon III, m’informe de la parution de son nouvel ouvrage consacré à Lucien Arman, célèbre constructeur naval bordelais du milieu du XIXe siècle.

« Dans le cadre de mes recherches sur la Marine française au 19e siècle, je viens de publier en autoédition Lucien Arman, un constructeur de navires à Bordeaux au XIXe siècle. Vous y trouverez l’histoire des familles Courau et Arman, la description détaillée des chantiers, la liste des navires construits et le récit des affaires américaines qui ont causé la chute de Lucien Arman. »

L’ouvrage (136 pages en format A5) est auto-édité et ne sera pas diffusé en librairie. Vous devrez donc vous adresser directement à son auteur pour le commander, par mail : dossiersmarine@free.fr

Prix : 15 euros + 3.52 euros de frais de port, soit 18.52 euros.

Pour rappel, j’avais déjà personnellement évoqué Lucien Arman dans mon article à propos Des navires russes construits en France sous le Second Empire (1857-1860), publié sur le site de la Fondation Napoléon.