La marine sous le Premier et le Second Empire (Institut Napoléon)

Je signale la parution récente des actes du colloque de Rueil de 2016, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, à propos de La Marine sous le Premier et le Second Empire, dans la Collection de l’Institut Napoléon.

Au sommaire de cet ouvrage :

Introduction par Jacques-Olivier Boudon

Le temps refusé. La Marine royale après la guerre d’Amérique par Olivier Chaline

Les Bonaparte et la mer par Michel Vergé-Franceschi

Marine et colonies. Jérôme Bonaparte et l’échec du projet d’empire caraïbe par Jacques-Olivier Boudon

La guerre de course sous l’Empire par Patrick Villiers

Napoléon et la Méditerranée par Jacques-Olivier Boudon

La politique navale de la France sous le Premier et le Second Empire : comparaison par Michèle Battesti

Du Premier au Second Empire, l’évolution du métier d’officier de marine par Hélène Vencent

Les compagnies transocéaniques de navigation à vapeur sous le Second Empire par Marie-Françoise Berneron-Couvenhes

Bibliographie

Pour en finir avec huit idées fausses sur la bataille de Trafalgar (21 octobre 1805)

L’histoire est connue. Suite à la rupture de la paix d’Amiens, le 12 mai 1803, Napoléon Bonaparte, encore Premier Consul mais bientôt Empereur des Français, décide de rassembler au camp de Boulogne une armée destinée à envahir le sud de l’Angleterre. Pour permettre le débarquement des troupes sur les cotes anglaises, il est toutefois nécessaire d’éloigner la Royal Navy – bien plus forte que la flotte française – de la Manche. L’entrée en guerre de l’Espagne au coté de la France va permettre la mise en place d’un plan imaginé sous l’Ancien Régime : réunir toutes les escadres françaises et espagnoles afin d’obtenir, du moins en théorie, la supériorité quantitative des alliés sur les Anglais dans la Manche.

A la tête de l’escadre de Toulon, l’amiral Villeneuve est donc chargé de débloquer l’escadre espagnole, commandée par Gravina, à Cadix, puis d’attirer les Anglais aux Antilles, ce qu’il fait, puis de foncer sur la Manche provisoirement vide. Le mauvais état des vaisseaux, le manque d’entrainement des équipages et les mauvaises conditions climatiques font que le voyage est long. Nelson – qui pensait à tort que l’objectif final des Français était une nouvelle fois l’Égypte et s’attarda par conséquent en Méditerranée – rattrape rapidement son retard. Dés l’annonce de la présence de Nelson aux Antilles, Villeneuve veut (conformément au plan envisagé par Napoléon) rejoindre la France. Au large du cap Finisterre, il rencontre l’escadre de Calder et livre le combat dit des Quinze-Vingt, le 22 juillet 1805. A la suite de quoi, n’osant pas se diriger vers Brest afin de débloquer et rallier l’escadre de Ganteaume, il rallie Vigo puis Cadix, où il est bloqué par les vaisseaux anglais dés le 21 août. Deux mois  plus tard, l’escadre franco-espagnole quitte Cadix et se fait quasiment anéantir par l’escadre de Nelson, qui est tué pendant le combat…

La bataille de Trafalgar, célébrée chaque 21 octobre par les Britanniques, est probablement la bataille navale la plus connue de l’Histoire. Pour les Espagnols, elle marqua la fin de leur puissance navale vieille de plusieurs siècles. Pour les Français, elle eut une influence psychologique considérable. Naturellement, elle fut largement commentée et analysée, et bien des idées fausses sont, encore aujourd’hui, rapportées à son sujet…

Lire la suite

Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire


Dans le billet consacré à la thèse de Michèle Battesti sur La marine de Napoléon III, sans doute l’ouvrage de référence sur le sujet, je regrettais l’absence – à ma connaissance – de travail récent équivalent pour la marine de Napoléon Ier, dont l’histoire est certes bien plus triste, et concluais ainsi : « A quand un équivalent pour la marine du Premier Empire… ? » La réponse était peut-être 2014.

Souvenez-vous, il y a quatre ans environ, un hors-série de la Revue du Souvenir Napoléonien consacré à La marine sous les deux empires nous apprenait que Pierre Lévêque, professeur agrégé d’histoire-géographie qui avait notamment soutenu une thèse intéressante sur Les officiers de la marine du Premier Empire – éditée en 2003 par le Service Historique de la Marine, devenu depuis Service Historique de la Défense – travaillait sur un nouvel ouvrage à propos de l’Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire. Vaste sujet !

Cet ouvrage est paru cette année, il y a quelques mois, de manière incroyablement discrète. Ce manque de publicité est d’autant plus étonnant et regrettable que cette Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire semble être un véritable monument : deux volumes (21 x 29,7 cm), Du 18 brumaire à Trafalgar et Après Trafalgar, de 550 pages chacun environ !

N’ayant pas encore eu la chance de le lire, je ne me prononcerai pas quant au contenu de ce travail mais il me semble que celui-ci est assez prometteur. En tout cas, j’y attends beaucoup !

Exposition : Maquettes de la Marine impériale (été 2014)

Je signale la tenue prochaine d’une très intéressante exposition : « Maquettes de la Marine impériale » qui aura lieu cet été (17 juin au 14 septembre 2014) au château de Versailles, dans la galerie des Cotelle du Grand Trianon, organisée en partenariat avec le Musée national de la Marine.

Un bien bel ouvrage (176 pages, 120 illustrations) devrait paraitre à cette occasion, probablement en juillet 2014 : Les navires de Napoléon – Collection Trianon du musée de la Marine.

Lire la suite

Napoléon et l’évolution de l’artillerie des vaisseaux

« Napoléon s’est profondément désintéressé de la marine. » Cette affirmation, je l’ai lu ou entendu un nombre incalculable de fois. Elle est pourtant inexacte et très injuste. Un simple et rapide coup d’œil sur la correspondance abondante entre Napoléon et le ministre de la marine sous le Premier Empire, l’amiral Decrès, suffit à s’en convaincre. Même s’il ne la comprend pas toujours, l’Empereur connait sa marine. Il suit de près ses actions, il connaît parfaitement les noms des différents navires armés dans chaque port et l’état d’avancement de ceux qui sont en chantier dans les arsenaux, il sait quels bâtiments sont en mer et il ne cesse de proposer de nouvelles – et parfois très judicieuses – idées à son ministre (j’avais déjà évoqué dans un précédent billet le cas de la frégate de 24).

Dans une lettre datant du 25 mars 1805 notamment, il écrit à Decrès :

« Je vous ai plusieurs fois parlé de mon projet d’armer les vaisseaux avec des canons de même calibre : pour armer un vaisseau de 74, par exemple, il faudrait, en laissant l’armement actuel à la batterie basse faire faire dans une de vos meilleures fonderies des caronades de 36, du même poids que les pièces de 18 pour la batterie haute et des caronades du même calibre pour les gaillards, du poids des pièces que l’on y met actuellement ; les calibres de 12, 8 et 6 ne sont bons que pour les bricks. Toute la difficulté est d’adopter un bon plan de caronade. Dans cette guerre, les Anglais sont les premiers qui se soient servis des caronades et partout il nous font grand mal. Je suis persuadé qu’un vaisseau armé ainsi aurait un avantage incalculable sur un vaisseau armé à l’ordinaire. »

Lire la suite

Napoléon et la mer : conférence de Michèle Battesti

Dans le cadre de l’exposition Napoléon et l’Europe organisée par le Musée de l’Armée (27 mars – 14 juillet 2013), Michèle Battesti – spécialiste de la marine du XIXe siècle notamment auteur d’une remarquable thèse universitaire à propos de la marine de Napoléon III – a tenu une conférence en mars dernier au sujet de Napoléon et la mer.

Lire la suite

Des vaisseaux français construits en Russie ? (1808)

Je me suis récemment procuré un ouvrage devenu relativement difficile à trouver, Traversay, un Français ministre de la Marine des Tsars écrit en 1996 par Madeleine du Chatenet, arrière-petite-nièce de Jean-Baptiste de Traversay, officier de marine français s’étant distingué durant la Guerre d’Indépendance avant d’émigrer – au début de la Révolution – en Russie où il fut fait amiral et ministre de la marine de 1811 à 1828. Dans cet ouvrage, très intéressant car portant sur un homme au destin exceptionnel et une marine méconnue, j’ai été surpris d’apprendre l’existence d’un projet franco-russe, datant du début de l’année 1808 (au lendemain du fameux traité de Tilsit donc), consistant à faire construire en Russie des vaisseaux de 74 canons pour le compte de la Marine française. Une convention signée le 5 février, date française (le 24 janvier, date russe), entre le comte Tolstoi, ambassadeur de Russie auprès de Napoléon et le ministre de la Marine français Denis Decrès stipule ainsi qu’un « certain nombre de vaisseaux de ligne et autres bâtiments de guerre doivent être construits afin de concourir au rétablissement de la marine française ». Officiellement, le projet ne pourra finalement être réalisé par pénurie de bois de chêne.

Lire la suite