Liste des vaisseaux de la Marine Française (1789-1815)

J’ai retrouvé dans les brouillons de mon ancien site internet dédié à la Marine du Premier Empire une liste intéressante, que je copie ici. Cette liste récapitule les vaisseaux de ligne qui ont servi dans la Marine française entre 1789 à 1815. On y compte 200 navires : 10 vaisseaux de 118 canons, 7 vaisseaux de 110 canons, 34 vaisseaux de 80 canons et 149 vaisseaux de 74 canons. La majorité d’entre eux sont issus des plans Sané-Borda adoptés par la Marine française à la fin de l’Ancien Régime.

J’avais, pour réaliser ce tableau, utilisé deux sources principales : d’une part, le Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours de Jean-Michel Roche, et d’autre part, les travaux de Jean Boudriot, notamment son ouvrage Les vaisseaux de 74 à 120 canons.

 Des précisions utiles sont données à la suite du tableau ci-dessous.

______________________________

 Nom (année du changement de nom)

 Arsenal

 En service

 Rayé

 Vaisseaux trois-ponts de 118 canons
 Le Commerce de Marseille  Toulon  1788  1793
 Les États de Bourgogne, La Montagne (1793), Le Peuple puis l’Océan (1795)  Brest  1790  1855
 Le Dauphin Royal, Le Sans-Culotte (1792), l’Orient (1795)  Toulon  1791  1798
 Le Peuple, Le Vengeur (1794), L’Impérial (1805)  Brest  1803  1806
 La République Française, Le Majestueux (1803)  Rochefort  1803  1839
 L’Austerlitz  Toulon  1809  1837
 Le Monarque, Le Wagram (1810)  Toulon  1810  1837
 Le Montebello  Toulon  1813  1867
 Le Héros  Toulon  1813  1828
 L’Impérial, Le Royal Louis (1814)  Toulon  1814  1825
 Vaisseaux trois-ponts de 110 canons
 La Bretagne, Le Révolutionnaire (1793)  Brest  1766  1796
 L’Invincible  Rochefort  1780  1806
 Le Royal Louis, Le Républicain (1792)  Brest  1780  1794
 Le Terrible  Toulon  1780  1802
 Le Majestueux, Le Républicain (1797)  Toulon  1781  1808
 Le Commerce de Paris, Le Commerce (1830), Le Borda (1839), Le Vulcain (1863)  Toulon  1807  1884
 Le Iéna, Le Duc d’Angoulême (1814), Le Iéna (1830)  Rochefort  1814  1864
 Vaisseaux deux-ponts de 80 canons
 Le Duc de Bourgogne, Le Peuple (1792), Le Caton (1794)  Rochefort  1752  1798
 Le Saint Esprit, Le Scipion (1794)  Brest  1766  1795
 Le Languedoc, L’Antifédéraliste (1794), Le Victoire (1795)  Toulon  1778  1798
 La Couronne  Brest  1768  1796
 Le Triomphant  Toulon  1779  1793
 L’Auguste, Le Jacobin (1793), Le Neuf Thermidor (1794)  Brest  1779  1795
 Les Deux Frères, Le Juste (1792)  Brest  1785  1794
 Le Tonnant  Toulon  1790  1798
 L’Indomptable  Brest  1793  1805
 Le Sans Pareil  Brest  1793  1794
 Le Formidable  Toulon  1795  1805
 Le Guillaume Tell  Toulon  1796  1800
 Le Franklin  Toulon  1798  1798
 L’Indivisible, L’Alexandre (1803)  Brest  1799  1806
 Le Foudroyant, Le Dix-Huit Fructidor (1799), Le Foudroyant (1800)  Rochefort  1800  1833
 Le Bucentaure  Toulon  1803  1805
 Le Neptune  Toulon  1804  1808
 Le Robuste  Toulon  1807  1809
 Le Diadème  Lorient  1807  1811
 Le Tonnant, Le Ville de Varsovie (1807)  Rochefort  1808  1809
 Le Donawerth  Toulon  1808  1825
 Le Saturne, Le Eylau (1807)  Lorient  1809  1829
 Le Royal Hollandais, L’Hollandais (1811) – ex hollandais Koninkl. Hollander  Rotterdam  1810  1814
 Le Chatham – ex hollandais Chatham  Rotterdam  1810  1814
 L’Illustre  Anvers  1811  1814
 Le Friedland  Anvers  1811  1814
 Le Tilsitt  Anvers  1811  1814
 L’Auguste  Anvers  1811  1827
 Le Pacificateur  Anvers  1811  1824
 Le Sceptre  Toulon  1811  1828
 Le Diadème  Lorient  1811  1856
 Le Conquérant  Anvers  1812  1831
 Le Magnifique  Lorient  1814  1837
 Le Zelandais, Le Duquesne (1814), Le Zelandais (1830)  Cherbourg  1814  1836
 Vaisseaux deux-ponts de 74 canons
 Le Conquérant  Toulon  1747  1798
 La Couronne, Le Ça Ira (1792)  Rochefort  1750  1795
 Le Guerrier  Toulon  1754  1798
 Le Diadème, Le Brutus (1792)  Brest  1756  1797
 Le Souverain, Le Peuple Souverain (1792)  Toulon  1757  1798
 Le Zélé  Toulon  1764  1806
 Le Citoyen  Brest  1764  1790
 Le Marseillais, Le Vengeur Du Peuple (1794)  Toulon  1767  1794
 La Victoire  Lorient  1773  1792
 Le Neptune  Brest  1778  1795
 Le Destin  Toulon  1778  1793
 Le Magnanime  Rochefort  1779  1792
 L’Annibal, L’Achille (1786)  Brest  1779  1794
 Le Héros  Toulon  1779  1793
 Le Pluton, Le Dugommier (1797)  Rochefort  1779  1805
 Le Sceptre, La Convention (1792), Le Marengo (1800)  Brest  1780  1802
 Le Northumberland  Brest  1780  1794
 L’Argonaute, Le Flibustier (1794)  Rochefort  1781  1795
 Le Brave (transformé en frégate en 1794 après avoir été rasé d’un pont)  Rochefort  1781  1801
 L’Illustre (rasé et reconstruit en frégate en 1793, devient Le Scevola)  Rochefort  1781  1796
 Le Suffisant  Toulon  1782  1793
 Le Puissant  Lorient  1782  1793
 Le Dictateur, La Liberté (1792)  Toulon  1782  1793
 Le Censeur  Rochefort  1782  1799
 Le Centaure  Toulon  1782  1793
 L’Alcide  Rochefort  1783  1795
 Le Téméraire  Brest  1783  1802
 L’Heureux  Toulon  1783  1798
 Le Mercure  Toulon  1783  1798
 Le Séduisant, Le Pelletier (1793), Le Séduisant (1795)  Toulon  1783  1796
 L’Audacieux  Lorient  1785  1802
 Le Fougueux  Lorient  1785  1805
 Le Superbe  Brest  1785  1795
 Le Généreux  Rochefort  1785  1800
 Le Commerce de Bordeaux, Le Timoleon (1794)  Toulon  1786  1798
 Le Ferme, Le Phocion (1792)  Brest  1786  1792
 Le Patriote  Brest  1786  1820
 Le Borée, Le Ça Ira (1794), L’Agricola (1794 – mis en rade après avoir été rasé)  Lorient  1787  1803
 Le Commerce de Marseille, Le Lys (1786), Le Tricolor (1792)  Toulon  1787  1793
 Le Léopard  Brest  1787  1793
 L’Entreprenant  Lorient  1788  1802
 L’Impétueux  Rochefort  1788  1794
 L’Orion, Le Mucius Scaevola puis Le Mucius (1793)  Rochefort  1788  1803
 L’Apollon, Le Gasparin (1794), L’Apollon (1795), Le Marceau (1797)  Rochefort  1788  1797
 L’América  Brest  1789  1794
 Le Duquesne  Toulon  1789  1803
 Le Duguay-Trouin  Brest  1790  1793
 Le Tourville  Lorient  1790  1833
 L’Aquilon  Rochefort  1790  1798
 L’Eole  Lorient  1790  1806
 Le Jupiter, Le Montagnard (1794), Le Démocrate (1795), Le Jupiter (1795), Le Batave (1797)  Brest  1790  1807
 Le Vengeur  Brest  1790  1792
 Le Scipion  Toulon  1790  1793
 Le Thésée, La Révolution (1793), Le Finistère (1803)  Rochefort  1790  1804
 Le Jean Bart  Lorient  1791  1809
 Le Suffren, Le Redoutable (1795)  Brest  1792  1805
 Le Thémistocle  Lorient  1792  1793
 Le Trajan, Le Gaulois (1797)  Lorient  1792  1802
 Le Mont Blanc, Le Trente Et Un Mai (1794), Le Républicain (1795), Le Mont Blanc (1796)  Rochefort  1793  1805
 Le Nestor, Le Cisalpin (1797), L’Aquilon (1803)  Brest  1793  1809
 Le Pompée  Toulon  1793  1793
 Le Tigre  Brest  1793  1795
 Le Tyrannicide, Le Desaix (1800)  Lorient  1793  1802
 Les Droits de l’Homme  Lorient  1794  1797
 Le Jemmapes  Rochefort  1794  1820
 Le Lion, Le Marat (1793), Le Formidable (1795)  Rochefort  1794  1795
 Le Wattignies  Lorient  1794  1808
 L’Alexandre – ex anglais HMS Alexander pris en 1794 et repris par les anglais en 1795  Deptford  1794  1795
 Le Barra, Le Pégase (1795), Le Hoche (1797)  Toulon  1795  1798
 Le Dix-Août, Le Cassard (1795), Le Dix-Août (1798), Le Brave (1803)  Lorient  1795  1806
 Le Berwick – ex anglais HMS Berwick  Portsmouth  1795  1805
 Le Jean-Jacques Rousseau, Le Marengo (1802)  Toulon  1796  1806
 Le Vialla, Le Voltaire (1795), Le Constitution (1795), Le Jupiter (1803)  Lorient  1796  1806
 L’Hercule  Lorient  1798  1798
 Le Spartiate  Toulon  1798  1798
 Le Quatorze Juillet  Lorient  1798  1798
 L’Argonaute  Lorient  1799  1805
 L’Alliance (1799) – ex espagnol San Sebastian  Pasajes  1799  1807
 L’Union, Le Diomède (1803)  Lorient  1800  1806
 Le Duguay-Trouin (coulé à l’aide d’une charge explosive en 1949)  Rochefort  1800  1805
 Le Saint Antoine – ex San Antonio acheté aux espagnols  Carthagène  1800  1801
 L’Atlas – vaisseau espagnol Atlante cédé à la France en 1801  Carthagène  1801  1808
 L’Intrépide – ex espagnol Intrepido cédé à la France en 1801  Ferrol  1801  1805
 Le Saint Génard, L’Ulysse (1803), Le Tourville (1811) – ex espagnol San Gennaro cédé à la Fr.  Carthagène  1801  1814
 L’Aigle  Rochefort  1801  1805
 Le Héros  Rochefort  1801  1808
 Le Scipion  Lorient  1801  1805
 L’Annibal – ex HMS Hannibal pris aux anglais  Blackwall  1801  1823
 Le Swiftsure – ex HMS Swiftsure pris aux anglais  Deptford  1801  1805
 Le Desaix – ex Pelayo acheté aux espagnols  La Havane  1802  1804
 Le Magnanime, Le Quatorze Juillet (1798), Le Vétéran (1803)  Brest  1803  1833
 Le Brutus, L’Impétueux (1803)  Lorient  1803  1806
 Le Magnanime  Rochefort  1803  1816
 Le Suffren  Lorient  1803  1843
 Le Lion, Le Glorieux (1798), Le Cassard (1798)  Brest  1803  1815
 L’Achille  Rochefort  1804  1805
 L’Algésiras  Lorient  1804  1808
 Le Lion  Rochefort  1804  1809
 Le Regulus  Lorient  1805  1814
 Le Borée  Toulon  1805  1828
 Le Génois Gênes  1805  1821
 Le Pluton  Toulon  1805  1808
 Le Ajax  Rochefort  1806  1815
 Le Courageux  Lorient  1806  1831
 L’Argonaute – ex espagnol Vencedor échangé avec le français L’Argonaute à Cadix en 1806  Ferrol  1806  1808
 Le Courageux, L’Alcide (1802), Le D’Hautpoul (1807)  Lorient  1807  1809
 L’Anversois  Anvers  1807  1815
 Le César  Anvers  1807  1817
 Le Charlemagne  Anvers  1807  1814
 Le Commerce de Lyon  Anvers  1807  1819
 L’Illustre, Le Dantzig (1807), L’Achille (1814)  Anvers  1807  1814
 L’Audacieux, Le Pulstuck (1807)  Anvers  1807  1814
 Le Ville de Berlin, L’Atlas (1814/1815)  Anvers  1807  1819
 Le Du Guesclin  Anvers  1807  1818
 Le Danube  Toulon  1808  1827
 Le Polonais, Le Lys (1814/1815)  Lorient  1808  1822
 Le Tonnerre  Brest  1808  1809
 L’Albanais  Anvers  1808  1814
 Le Breslau  Gênes  1808  1837
 Le Dalmate, Le Hector (1814), Le Dalmate (1815)  Anvers  1808  1819
 Le Triomphant  Rochefort  1809  1822
 L’Ulm  Toulon  1809  1828
 Le Duquesne – ex russe Moskva cédé à la France en 1808  Sébastopol  1809  1815
 Le Saint Pierre – ex russe Sviatoi Piotr cédé à la France en 1808  Sébastopol  1809  1813
 Le Commerce d’Amsterdam, L’Amsterdam (1811) – ex hollandais Amsterdamse Handel  Amsterdam  1810  1813
 Le Brabant – ex hollandais Braband  Rotterdam  1810  1813
 Le De Ruyter – ex hollandais Admiraal De Ruyter  Amsterdam  1810  1813
 L’Amiral Evertsen, L’Evertsen (1811) – ex hollandais Admiraal Evertsen  Amsterdam  1810  1813
 Le Prince – ex hollandais Kroonprins  Amsterdam  1810  1813
 L’Amiral Zoutman, Le Zoutman (1811) – ex hollandais Admiraal Zoutman  Amsterdam  1810  1813
 Le Marengo, Le Pluton (1866)  Lorient  1810  1873
 Le Nestor  Brest  1810  1849
 Le Trajan  Anvers  1811  1829
 Le Trident  Toulon  1811  1858
 Le Rivoli  Venise  1811  1812
 Le Mont St Bernard  Venise  1811  1814
 Le Régénérateur  Venise  1811  1814
 Le Golymin  Lorient  1812  1814
 Le Gaulois  Anvers  1812  1824
 Le Romulus, La Guerrière (1821)  Toulon  1812  1840
 Le Ville de Marseille  Toulon  1812  1877
 L’Agamemnon, L’Amphitrite (1824) – rasé et refondu en frégate de 58 canons a Brest  Gênes  1812  1836
 Le Royal Italien  Venise  1812  1814
 Le Colosse – rasé et refondu à Brest en frégate de 36 canons, devient alors La Pallas  Toulon  1813  1848
 Le Duguay-Trouin  Cherbourg  1813  1826
 L’Orion  Brest  1813  1841
 Le Scipion  Gênes  1813  1846
 Le Superbe  Anvers  1814  1833
 Le Hercule, La Provence (1814/1815)  Toulon  1815  1858

 ______________________________

Quelques précisions :

Ne sont mentionnés que les vaisseaux de ligne en service dans la Marine française entre 1789 et 1815. Cela veut dire évidemment que les vaisseaux encore en construction au moment de la chute de l’Empire ne sont pas pris en compte.

Le 21 janvier 1795, le 8e régiment de hussards et le 15e régiment d’infanterie légère capturent au Helder, au Nord d’Amsterdam, 14 vaisseaux, armés d’environ 850 canons, de la flotte hollandaise, prise dans les glaces. On y trouve notamment l’Amiral De Ruyter, l’Amiral Général, l’Amiral Piet Heyn, l’Amsterdam. Ces vaisseaux ne sont pas mentionnés dans la liste car il semble que ces navires n’ont jamais véritablement servi dans la Marine française (à vérifier !).

Lors de la prise de Venise, en 1797, par l’armée d’Italie commandée par le général Bonaparte, plusieurs navires vénitiens sont incorporés dans la Marine française sous le nom des généraux tués durant la campagne d’Italie : Dubois, Causse, Robert, Banel, Sandos, Frantin, Laharpe, Beyraud, Stengel. Les frégates quant à elles prennent le nom de différentes victoires remportées par Napoléon Bonaparte en Italie : Mantoue, Leoben, Montenotte, Lonato, Lodi, Rivoli. Tous ces navires ne sont pas présents dans la liste, pour les mêmes raisons que celles évoquées précédemment.

En 1798, lors de la prise de l’ile de Malte, les français s’emparent d’au moins deux vaisseaux :
L’Athénien, ex-San Giovanni. Détaché au service des hôpitaux de Malte. Repris par les anglais à la reddition de Malte en 1800.
– Et Le Dego, ex-San Zaccharia. Repris lui aussi par les anglais en 1800.
Ces deux vaisseaux ne sont, eux non plus, pas pris en compte dans la liste.

Au début des années 1800, un certain nombre de vaisseaux espagnols, cédés, achetés ou échangés, ont été incorporés dans la Marine française. Il s’agit des 74 canons :
L’Alliance – ex-espagnol San Sebastian incorporé dans la Marine française en 1799. Rayé en 1807.
Le Saint Antoine – ex-espagnol San Antonio acheté en 1800. Rayé en 1805.
L’Atlas – ex-vaisseau espagnol Atlante cédé en 1801. Rayé en 1808.
L’Intrépide – ex-espagnol Intrepido cédé en 1801. Rayé en 1805.
Le Saint Génard renommé L’Ulysse en 1803 puis Le Tourville en 1811 – ex-espagnol San Gennaro cédé en 1801. Il devient école flottante à Brest en 1811. Rayé en 1814.
Le Desaix – ex-espagnol Pelayo acheté en 1802. Rayé en 1804.
L’Argonaute – ex-espagnol Vencedor échangé avec le français L’Argonaute en mauvais état à Cadix en 1806. Rayé en 1808.

Lors de l’alliance franco-russe, deux vaisseaux russes, se trouvant alors à Toulon, sont cédés à la France en 1808. Il s’agit des 74 canons :
Le Duquesne – ex-russe Moskva. Il devient école flottante à Toulon en 1811. Rayé en 1813.
Le Saint-Pierre – ex-russe Sviatoi Piotr. Rayé en 1815.

En septembre 1810, plusieurs vaisseaux de ligne hollandais sont également incorporés dans la Marine impériale suite à l’annexion du Royaume de Hollande par l’Empire français. Ils seront rendus aux Hollandais en novembre 1813 à Amsterdam, et en avril 1814 à Anvers, lors du départ des Français. On y trouve :
* Deux vaisseaux deux-ponts de 80 canons :
Le Royal Hollandais renommé L’Hollandais en 1811 – ex-hollandais Koninkl. Hollander
Le Chatham – ex-hollandais Chatham
* Six vaisseaux de 74 canons :
Le Commerce d’Amsterdam renommé L’Amsterdam en 1811 – ex-hollandais Amsterdamse Handel
Le Brabant – ex-hollandais Braband
Le De Ruyter – ex-hollandais Admiraal De Ruyter
L’Amiral Evertsen renommé L’Evertsen en 1811 – ex-hollandais Admiraal Evertsen
Le Prince – ex-hollandais Kroonprins
L’Amiral Zoutman renommé Le Zoutman en 1811 – ex-hollandais Admiraal Zoutman
* Cinq vaisseaux de 64 canons : Le Dogger Bank, Le Jean de Witt, Le Rotterdam, Le Tromp et de l’Utrech.
(J’ai un certain doute sur l’armement exact de ces navires).

A noter que lors de l’évacuation d’Amsterdam puis d’Anvers par les Français, plusieurs 74 canons sur le point d’être achevés sont pris par les Hollandais et immédiatement incorporé dans leur marine. Les autres vaisseaux encore sur cale sont démolis, notamment quatre trois-ponts de type 110 canons, ainsi que plusieurs 80 et 74 canons.

En 1814, seuls douze vaisseaux construits à Anvers durant l’Empire sont laissés à la France. Il s’agit des 80 canons l’Auguste, le Pacificateur, le Conquérant ; et des 74 canons l’Anversois, le César, le Commerce de Lyon, la Ville de Berlin, le Du Guesclin, le Dalmate, le Trajan, le Gaulois, le Superbe. Sept vaisseaux sont en revanche laissés à disposition de la marine royale hollandaise. Il s’agit des 80 canons l’Illustre, le Friedland, le Tilsitt ; et des 74 canons le Charlemagne, l’Achille, le Pulstuck, l’Albanais.

 Il est possible que des erreurs ou des approximations soient cachées dans la liste ou les commentaires ci-dessus. Si vous en constatez, merci de me le signaler.

23 réflexions sur “Liste des vaisseaux de la Marine Française (1789-1815)

  1. Bonjour,
    Le HMS Hannibal (avec un H) a été construit à Blackwall entre 1783 et 1786, armé et doublé de cuivre à Woolwich.
    Le HMS Swiftsure a été construit à Deptford (certaines sources indiquent Rotherhithe) entre 1784 et 1787, armé et doublé à Woolwich.

  2. Très intéressant, je fais de la généalogie et un de mes ancêtre était sur l’ Anversois comme apprenti marin du 35e bataillon.
    Entré à l’hôpital d’Anvers le 21.10.1809, il y décèdera le 16.11.1809 à l’âge de 20 ans. Acte de décès signé Boistel, Boinon, Morin, Prigny( inspecteur de la marine et qui fut aussi le 1er commandant sur l’Anversois au départ du port d’Anvers avec la descente de l’Escaut jusqu’à Flessingue du 14.06.1807 au 31.08.1807) signé aussi par le commissaire de l’escadre de l’Escaut De Raffin. En 1808 le vaisseau passa sous le commandement du commandant Soleil et de 1810 à 1812 le commandant René Denis Lagarde. Je continue mes recherches car grâce à vous je sais que le bateau a été rayé en 1815.
    cordialement

  3. Bonjour,
    Je recherche, pour ma généalogie familiale, l’acte de décès ou tout autre document concernant

    MOUTARD, Jean Louis Ambroise Né le 21.11.1768 – Maître calfat, de Rochefort, décédé le 8.7.1802 (19 messidor an X) à La Havane , Saint-Domingue.

    Comment puis-je retrouver sa trace ?

    Merci de votre aide

  4. Je suis passionné par l’histoire de la Guadeloupe de 1635 à nos jours.
    Je n’ai pas encore réussi à avoir des infos détaillés sur la composition de l’armada du général Richepanse, qui a été, envoyé par Napoléon en Guadeloupe pour mâter la rébellion d’une partie de ses troupes et la révolte des esclaves.

    Si vous pouviez me renseigner, je vous en remercie par avance.

    Cordialement.

    Alain SELLA

  5. Bonjour,
    ne manqueraient-ils pas quelques vaisseaux de 64 canons dans cette liste 1789-1815, en particulier ceux qui ont combattus pendant la guerre d’indépendance américaine et ceux construits sous le Directoire.
    Serait il possible d’avoir une liste des vaisseaux rasés et reconstruits comme de grosses frégates (Ex-L’iIlustre de 1781).

  6. comment trouver, les navires où a servit mon ancetre Chevalier François Xavier , canonnier d’artillerie de Marine qui finit son engagement à Lorient en 1824

  7. Rodrigue,

    Les renseignements que vous recherchez peuvent se trouver facilement par Wikipédia, aux articles Flotte française en 1786, Liste des vaisseaux français et List of French sail frigates. On peut consulter avec profit les excellents États abrégés de la marine française (1669-1772) sur le site Netmarine, bien que cette liste ne couvre pas exactement la période considérée.

    Les ouvrages de référence sont bien sûr le Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours de M. Jean-Michel Roche, lieutenant de vaisseau (les cinquante premières pages du premier volume – lettre A, jusque 1870 – et du second – idem, à partir de 1870 – sont téléchargeables gratuitement sur le site Netmarine) et les ouvrages de Jean Boudriot.

  8. Bonjour
    Merci pour cette liste qui donne des pistes à explorer, malheureusement je n’ai pas trouvé le mien ! = quelqu’un aurait il une idée d’oùdu port d’où aurait pu partir en 1802 le Bâteau dit des « Trois Consuls » en partance pour St Domingue, et dont le capitaine aurait été le Gl Moreau. Merci pour votre aide.

  9. Françoise-Albertine MAS,

    Je suis navré mais s’il a existé un navire avec un nom semblable, que ce soit au temps de l’expédition de 1802 à Saint-Domingue ou pas, je n’en ai aucune connaissance.

    Je connais un peu les navires importants, mais c’est tout.

    Le livre de M. Jean-Michel Roche, s’il s’agit d’un navire de guerre, me semble être la plus sûre solution pour trouver des renseignements à son sujet. Si ce nom est le bon, vraiment on n’est pas dans le domaine des navires assez connus pour que j’aie quoi que ce soit à en dire.

    Ce que je peux faire de moins inadéquat, bien que ce ne soit pas une réponse pertinente à votre question, est de vous donner un lien décrivant essentiellement les forces terrestres engagées lors de l’expédition de 1802.

    Une encyclopédie (Wikipédia, par exemple, avec les précautions qu’impose l’utilisation d’une source très inégale selon les pages) vous renseignera sur l’expédition de Saint-Domingue, notamment sur certains des navires qui y prirent part (les plus importants seulement, malheureusement pour vous).

    Je ne sais pas comment mieux faire et j’en suis navré.

  10. Pour la description des opérations à Saint-Domingue, je conseille la lecture d’un ouvrage du stratège Antoine Henri Jomini, Histoire critique et militaire des guerres de la Révolution, livre XIX, chapitre XCII, page 417 et suivantes.

  11. … ne manquerait-il pas quelques vaisseaux de 64 canons dans cette liste 1789-1815, en particulier ceux qui ont combattu pendant la guerre d’indépendance américaine et ceux construits sous le Directoire.

    Le dernier vaisseau français de 64 canons fut rayé des listes en 1788 (Le Réfléchi, lancé à Rochefort).

  12. Super ! j’ai retrouvé dans la liste le 2 ponts « LE MONTAGNARD » sur lequel un sieur Baptiste LARENNE est décédé à 18 ans (tambour du 4ème bataillon du LOT et GARONNE) lors de la bataille navale des frégates du 29/05/1794; il était alors commandé par le Capitaine de Vaisseau BOMPARD, futur commandant du « HOCHE » en 1798

  13. Bonjour
    je fais de la généalogie, et je trouve sur « les médaillés de ste hélène », mon ancêtre qui était apprenti canonnier à bord de la frégate « la Rose », décoré par napoléon III pour avoir combattu auprès de napoléon Ier.
    Pourriez vous me dire si ous connaissez ce navire?
    Merci

  14. Bonjour,
    Je suis à la recherche d’informations concernant mon ancêtre embarqué sur le vaisseau d’état « Le César », commandé par un certain M. MORAU. (extrait du rôle d’équipage, port de Brest) et mort à l’Hôpital d’Anvers en 1809 suivant la mention faite sur le rôle d’équipage du dit bâtiment.
    Auriez-vous des renseignements sur ce bateau ?
    Merci

  15. Le César :
    Vaisseau de 74 canons de la classe du Téméraire de 1782, de Jacques-Noël Sané, sous-classe (rapeticée) du Borée et du Pluton de 1805. Lancé à Anvers en 1807, le César demeura en service une dizaine d’années selon l’article French ship César (1807) de Wikipedia en anglais. Les caractéristiques de ce vaisseau n’étaient pas celles, fantaisistes, données par cet article de Wikipedia. On trouve les vraies en consultant la page de la classe du Téméraire, au paragraphe des sous-classes de la petite version (le Pluton, le Borée et l’Albanais) : 54,90 mètres de long, 14,29 de large, 6,90 de creux ; déplacement de 2800 tonnes.

  16. Les chiffres en mètres donnés au paragraphe Description de l’article classe du Téméraire de Wikipédia en français sont faux, mais ceux donnés en pieds et en pouces sont justes (conversion : 1 mètre = 443,296 lignes ; 1 pouce = 12 lignes donc 12 ÷ 443,296 mètre ; 1 pied = 12 pouces donc 144 ÷ 443,296 mètre).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s