Le bombardement de Sébastopol en 1854

Le bombardement de Sébastopol le 17 octobre 1854, par Adrien Champel

Éphéméride. Le 17 octobre 1854 est une date quelque peu oubliée de l’histoire de la marine française. Pourtant, elle « marque un tournant dans l’histoire de la guerre sur mer dans la mesure où elle constitue une des dernières représentations des vaisseaux en bois. Leur obsolescence […] est désormais irréfutable. » (extrait de La marine de Napoléon III par Michèle Battesti).

L’histoire commence ainsi : en 1853, le tsar Nicolas Ier voulant accèder à la mer Méditerranée et dépecer l’empire Ottoman, cet « homme malade, très malade » pour reprendre l’expression de l’empereur russe, ordonne l’occupation des provinces moldo-valaques et la destruction de la flotte turque lors de la bataille de Sinope, le 30 novembre 1853. Ces événements provoquent l’entrée en guerre de la France, du Royaume-Uni et de la Sardaigne au coté des Ottomans.

Hésitants dans un premier temps, les Alliés décident d’attaquer principalement en Crimée. Les Franco-Britanniques réunissent une importante escadre – commandée par les amiraux français Hamelin et britannique Dundas – chargée de transporter un corps expéditionnaire de 60 000 hommes en mer Noire. Celui-ci débarque le 14 septembre 1854 près d’Eupatoria, à 45 kilomètres au nord de Sébastopol, et remporte six jours plus tard la victoire de l’Alma, le 20 septembre, obligeant l’armée russe commandée par le prince Menchikov à s’enfermer dans Sébastopol. Les Alliés espèrant s’emparer rapidement de cet important port-arsenal prévoient de l’attaquer le 17 octobre.

Lire la suite

La puissance navale française face au choléra en Méditerranée (1831-1856)

Je signale la parution le 20 août prochain d’un ouvrage au sujet fort intéressant : Un choc de circulation – La puissance navale française face au choléra en Méditerranée (1831-1856), par Benoit Pouget aux Presses Universitaires de Rennes.

« Le choléra, « épreuve cruciale et révélatrice […] pour apprécier la valeur intellectuelle et le courage des officiers de santé de la Marine », selon l’expression de Jacques Léonard, met au défi la Marine française dans son ensemble. Le choléra est une épreuve qui interroge l’instrument naval français et ses actions au-delà des seules problématiques de l’hygiène navale ou de la contribution des navigations à la diffusion de l’épidémie. Il est à la fois une épreuve de terrain, locale, collective comme individuelle, et un enjeu de relations internationales. En proposant une étude sur la confrontation entre la puissance navale française en Méditerranée et la circulation du choléra entre 1831 et 1856, il s’agit de comprendre, essentiellement à travers un regard naval, comment, au-delà du péril majeur que ces épidémies successives constituent pour la santé publique en France et en Méditerranée, elles en viennent à représenter une formidable opportunité offerte à la France de s’affirmer comme une puissance sanitaire de premier plan, alors que se préparent deux premières conférences sanitaires internationales de Paris (1851 et 1859). »

L’empereur Napoléon III et la reine Victoria à Cherbourg, le 6 août 1858

Visite de Napoléon III et Victoria à Cherbourg

Le 6 août 1858, la Reine Victoria s’apprête à monter à bord du vaisseau amiral la Bretagne, par Léon Morel-Fatio

Quelques mots sur cette œuvre remarquable du Musée national de la marine, signée Léon Morel-Fatio (1859). Nous sommes le 6 août 1858, Napoléon III reçoit la reine d’Angleterre en rade de Cherbourg. La peinture représente le canot de la reine Victoria et du prince consort Albert se dirigeant vers le vaisseau la Bretagne, le dernier trois-ponts construit par la France, à bord duquel a lieu une réception en l’honneur du couple royal.

Lire la suite

Lucien Arman, un constructeur de navires à Bordeaux au XIXe siècle, par Alain Clouet

Alain Clouet, auteur du site La flotte de Napoléon III, m’informe de la parution de son nouvel ouvrage consacré à Lucien Arman, célèbre constructeur naval bordelais du milieu du XIXe siècle.

« Dans le cadre de mes recherches sur la Marine française au 19e siècle, je viens de publier en autoédition Lucien Arman, un constructeur de navires à Bordeaux au XIXe siècle. Vous y trouverez l’histoire des familles Courau et Arman, la description détaillée des chantiers, la liste des navires construits et le récit des affaires américaines qui ont causé la chute de Lucien Arman. »

L’ouvrage (136 pages en format A5) est auto-édité et ne sera pas diffusé en librairie. Vous devrez donc vous adresser directement à son auteur pour le commander, par mail : dossiersmarine@free.fr

Prix : 15 euros + 3.52 euros de frais de port, soit 18.52 euros.

Pour rappel, j’avais déjà personnellement évoqué Lucien Arman dans mon article à propos Des navires russes construits en France sous le Second Empire (1857-1860), publié sur le site de la Fondation Napoléon.

La Ville de Paris (1850-1882)

Magnifiques photographies de la proue et de la poupe du vaisseau la Ville de Paris, datant de 1876. Elles m’ont été aimablement transmises par M. Olivier HUON, arrière petit-fils du célèbre ingénieur Henri Dupuy de Lôme. Un grand merci à lui !

La Ville de Paris était un vaisseau de 118 canons mis en construction à Rochefort durant le Premier Empire, en 1807, sous le nom de Marengo puis Ville de Vienne. Toujours sur cale lors de la chute de Napoléon, il fut renommé Comte d’Artois lors de la Restauration puis Ville de Paris en 1830, au début de la Monarchie de Juillet. Il fut maintenu en chantier au 7/24e, en réserve, jusqu’en 1847, année durant laquelle sa construction reprit. Lancé le 5 octobre 1850, il fut rapidement armé et envoyé à Toulon l’année suivante, pour servir dans l’escadre d’évolution commandée par l’amiral de La Susse, dont il porta le pavillon.

Lors de la guerre de Crimée (1853-1856), durant laquelle la Ville de Paris porta le pavillon de l’amiral Hamelin, qui avait remplacé de La Susse en 1853, le vaisseau participa notamment au bombardement de Sébastopol le 17 octobre 1854. Il s’y distinguât particulièrement et fut touché, selon le rapport officiel du combat, par cinquante boulets russes, causant plusieurs incendies et d’importants dégâts, surtout au niveau de la dunette. 58 hommes d’équipage furent tués ou blessés durant cette seule action.

De retour à Toulon après le conflit, il fut, comme de nombreux vaisseaux à cette époque, transformé en mixte entre juillet 1857 et mai 1858. Sa coque, longue de 63 mètres à l’origine, fut à cette occasion allongée de 5,38 mètres.

Le vaisseau fut définitivement désarmé en 1865 et transformé en transport en 1870, sa machine à vapeur retirée. Il fut rayé des listes en 1882 et servit de ponton caserne pour l’infanterie de marine jusqu’en 1898, année durant laquelle il fut vendu pour démolition.

Sources :
– Battesti, Michèle. La marine de Napoléon III.
– Bazancourt, Baron de. L’expédition de Crimée. La Marine française dans la Mer Noire et la Baltique.
– Roche, Jean-Michel. Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours.

La marine sous le Premier et le Second Empire (Institut Napoléon)

Je signale la parution récente des actes du colloque de Rueil de 2016, sous la direction de Jacques-Olivier Boudon, à propos de La Marine sous le Premier et le Second Empire, dans la Collection de l’Institut Napoléon.

Au sommaire de cet ouvrage :

Introduction par Jacques-Olivier Boudon

Le temps refusé. La Marine royale après la guerre d’Amérique par Olivier Chaline

Les Bonaparte et la mer par Michel Vergé-Franceschi

Marine et colonies. Jérôme Bonaparte et l’échec du projet d’empire caraïbe par Jacques-Olivier Boudon

La guerre de course sous l’Empire par Patrick Villiers

Napoléon et la Méditerranée par Jacques-Olivier Boudon

La politique navale de la France sous le Premier et le Second Empire : comparaison par Michèle Battesti

Du Premier au Second Empire, l’évolution du métier d’officier de marine par Hélène Vencent

Les compagnies transocéaniques de navigation à vapeur sous le Second Empire par Marie-Françoise Berneron-Couvenhes

Bibliographie

Des navires russes construits en France sous le 2nd Empire

La frégate russe Svetlana
M’intéressant depuis quelque temps déjà à l’histoire de la marine russe, j’ai déjà mis en ligne sur Trois-Ponts! plusieurs articles à ce sujet. Par exemple à propos de l’influence française dans la construction navale russe au début du 19e siècle, ou de la reconstruction de la marine russe après la guerre de Crimée. Dernièrement, l’affaire de la vente à la Russie par la France de plusieurs bâtiments de projection et de commandement (BPC) en pleine crise ukrainienne m’a poussé à m’intéresser à l’histoire des navires de guerre russes construits en France. Si les nombreux cuirassés (Tsesarevich, Admiral Makarov et Bayan) et contre-torpilleurs russes construits à Toulon et au Havre sous la IIIe République, notamment dans les années 1890-1900, sont souvent évoqués, j’ai pu constater que les bâtiments commandés entre 1857 et 1860 par le jeune tsar Alexandre II et son frère, le grand-duc Constantin, à plusieurs chantiers privés français, sont bien moins connus.

J’ai par conséquent entamé des recherches à propos de ces navires, recherches qui ont donné lieu à un article publié en juin dernier sur le site de la Fondation Napoléon :

Des navires russes construits en France sous le Second Empire (1857-1860)

.
Lire la suite

La fin de la marine de guerre à voile en France (1857)

En 1865, l’amiral Edmond Jurien de La Gravière, qui participa notamment à la guerre de Crimée en 1854 et commanda l’escadre française envoyée au Mexique en 1861, raconte dans l’une de ses nombreuses publications, La marine d’autrefois par un marin d’aujourd’hui, la fin de l’époque de la marine de guerre à voiles et les conséquences du lancement du Napoléon, premier vaisseau de ligne à hélice conçu pour naviguer principalement à la vapeur (les voiles ne jouant plus qu’un rôle auxiliaire) :

« Le jour où fut arrêté ce programme [de 1857], la marine d’autrefois eut vécu. Une sorte de solennité sembla présider à sa condamnation. Ce fut en plein conseil d’État, les sections de la guerre, de la marine et des finances réunies, que l’arrêt rigoureux, un arrêt suprême et sans appel, lui fut signifié. Après une délibération, telle qu’on la pouvait attendre de cette grande assemblée au sein de laquelle tant de questions sont venues chercher la lumière, il fut décidé qu’à dater du 1er janvier 1858 un navire à voiles, quel que pût être le nombre de ses canons, cesserait d’être considéré comme un navire de guerre. Ainsi finit une marine qui avait duré 200 ans. La marine de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI, celle de la république et de l’empire, la marine même du gouvernement de Juillet, ce ne sont pas des marines différentes ; c’est la même marine à différents âges. Entre le Soleil Royal monté par le maréchal de Tourville et l’Océan monté par l’amiral Hugon, il n’y a que des perfectionnements de détail, perfectionnements que deux siècles ont été bien lents à réaliser. Entre l’Océan et le Napoléon, il y a toute la distance qui sépare le reptile de l’oiseau. »

Lire la suite