Le bombardement de Sébastopol en 1854

Le bombardement de Sébastopol le 17 octobre 1854, par Adrien Champel

Éphéméride. Le 17 octobre 1854 est une date quelque peu oubliée de l’histoire de la marine française. Pourtant, elle « marque un tournant dans l’histoire de la guerre sur mer dans la mesure où elle constitue une des dernières représentations des vaisseaux en bois. Leur obsolescence […] est désormais irréfutable. » (extrait de La marine de Napoléon III par Michèle Battesti).

L’histoire commence ainsi : en 1853, le tsar Nicolas Ier voulant accèder à la mer Méditerranée et dépecer l’empire Ottoman, cet « homme malade, très malade » pour reprendre l’expression de l’empereur russe, ordonne l’occupation des provinces moldo-valaques et la destruction de la flotte turque lors de la bataille de Sinope, le 30 novembre 1853. Ces événements provoquent l’entrée en guerre de la France, du Royaume-Uni et de la Sardaigne au coté des Ottomans.

Hésitants dans un premier temps, les Alliés décident d’attaquer principalement en Crimée. Les Franco-Britanniques réunissent une importante escadre – commandée par les amiraux français Hamelin et britannique Dundas – chargée de transporter un corps expéditionnaire de 60 000 hommes en mer Noire. Celui-ci débarque le 14 septembre 1854 près d’Eupatoria, à 45 kilomètres au nord de Sébastopol, et remporte six jours plus tard la victoire de l’Alma, le 20 septembre, obligeant l’armée russe commandée par le prince Menchikov à s’enfermer dans Sébastopol. Les Alliés espèrant s’emparer rapidement de cet important port-arsenal prévoient de l’attaquer le 17 octobre.

Lire la suite

La Ville de Paris (1850-1882)

Magnifiques photographies de la proue et de la poupe du vaisseau la Ville de Paris, datant de 1876. Elles m’ont été aimablement transmises par M. Olivier HUON, arrière petit-fils du célèbre ingénieur Henri Dupuy de Lôme. Un grand merci à lui !

La Ville de Paris était un vaisseau de 118 canons mis en construction à Rochefort durant le Premier Empire, en 1807, sous le nom de Marengo puis Ville de Vienne. Toujours sur cale lors de la chute de Napoléon, il fut renommé Comte d’Artois lors de la Restauration puis Ville de Paris en 1830, au début de la Monarchie de Juillet. Il fut maintenu en chantier au 7/24e, en réserve, jusqu’en 1847, année durant laquelle sa construction reprit. Lancé le 5 octobre 1850, il fut rapidement armé et envoyé à Toulon l’année suivante, pour servir dans l’escadre d’évolution commandée par l’amiral de La Susse, dont il porta le pavillon.

Lors de la guerre de Crimée (1853-1856), durant laquelle la Ville de Paris porta le pavillon de l’amiral Hamelin, qui avait remplacé de La Susse en 1853, le vaisseau participa notamment au bombardement de Sébastopol le 17 octobre 1854. Il s’y distinguât particulièrement et fut touché, selon le rapport officiel du combat, par cinquante boulets russes, causant plusieurs incendies et d’importants dégâts, surtout au niveau de la dunette. 58 hommes d’équipage furent tués ou blessés durant cette seule action.

De retour à Toulon après le conflit, il fut, comme de nombreux vaisseaux à cette époque, transformé en mixte entre juillet 1857 et mai 1858. Sa coque, longue de 63 mètres à l’origine, fut à cette occasion allongée de 5,38 mètres.

Le vaisseau fut définitivement désarmé en 1865 et transformé en transport en 1870, sa machine à vapeur retirée. Il fut rayé des listes en 1882 et servit de ponton caserne pour l’infanterie de marine jusqu’en 1898, année durant laquelle il fut vendu pour démolition.

Sources :
– Battesti, Michèle. La marine de Napoléon III.
– Bazancourt, Baron de. L’expédition de Crimée. La Marine française dans la Mer Noire et la Baltique.
– Roche, Jean-Michel. Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours.