Découverte de deux épaves de navires du XVIIe siècle au large de Stockholm

ActualitéPlusieurs médias ont annoncé ces derniers jours la découverte de deux épaves de navires de guerre suédois datant du XVIIe siècle, dont je cite « l’un au moins pourrait être un sister-ship du légendaire Vasa« , à proximité de l’île de Vaxholm, dans l’archipel de Stockholm.

C’est une nouvelle que je me dois de commenter.

Lire la suite

Que sont devenus les canons du Vasa ?

Le Vasa (ou Wasa) est certainement le plus fameux vaisseau de la marine ancienne suédoise, et ce pour plusieurs raisons. D’abord parce qu’il s’agissait de l’un des plus importants navires de son temps, de par ses dimensions, sa puissance et ses riches décorations. Ensuite parce qu’il a la triste particularité d’avoir lamentablement sombré – du fait de son instabilité, cause de son poids excessif – quelques minutes seulement après sa première sortie, le 10 août 1628. Enfin parce qu’il a été renfloué en 1961 et est exposé depuis 1990 dans le plus célèbre musée de Suède, le Vasa Museet.

Le vaisseau portait 64 canons, dont 48 de 24 livres, 3 d’entre eux « seulement » sont exposés au musée de Stockholm. La question est donc la suivante : où sont les autres ? Afin d’y répondre, l’Association des Amis du Musée Vasa (Vasamuseets Vänner) a lancé en avril 2018 le projet Finding the Vasa Cannon, visant comme son nom l’indique à retrouver les canons du Vasa.

Lire la suite

Vasa : effets d’un tir en plein bois

Expérience intéressante réalisée en Suède en 2014 par des membres de l’Association des Amis du Musée Vasa (Vasamuseets Vänner). Le canon utilisé est une réplique exacte d’un canon de bronze de 24 livres, type de canon qui armait les batteries principales des vaisseaux de premier rang au milieu du XVIIe siècle, dont le Vasa suédois* qui portait 64 canons dont 48 de 24 livres.

Le canon de bronze armait habituellement les plus grands vaisseaux du XVIIe siècle. Paradoxalement moins lourd à calibre égal que le canon de fer, le canon de bronze avait également l’avantage d’être moins dangereux à l’utilisation. Très onéreux, il fut toutefois abandonné au XVIIIe siècle.

L’expérience qui nous intéresse ici consistait à réaliser plusieurs tirs d’essai avec ce canon de 24 contre une reconstitution de la muraille d’un vaisseau réalisée en chêne afin d’en observer les effets. Le résultat amène plusieurs observations :

Lire la suite