La mer et la France par Olivier Chaline

Nouvel ouvrage sur le point de paraitre (le 19 octobre prochain) : La mer et la France – Quand les Bourbons voulaient dominer les océans par Olivier Chaline, aux éditions Flammarion.

« Trop souvent, l’histoire de France fait fi de la mer. Elle est ici au cœur du nouveau livre d’Olivier Chaline. Les éléments nous rappelle-t-il, ignorent les luttes entre nations et, dans leur sauvage impartialité, se prêtent aux calculs des hommes ou s’acharnent à les ruiner. C’est en fonction des vents et des courants comme de la météo marine et des marées, qu’il faut considérer cette France des Bourbons : depuis le large, ses rives européennes et ses nombreux prolongements outre-mer.

Que permet la mer ? Que refuse-t-elle ? Quelles routes la parcourent devant les rives françaises ou à partir d’elles ? Quels navires et quels équipages s’y aventurent ? Comment pénètre-t-elle le royaume terrien ? Dans ce livre inédit, constitué de toute la richesse de notre histoire maritime, revivent les obscures et les sans-grades qui ont fait les équipages de la pêche, du commerce et de la guerre : leurs conditions de vie, leurs voyages, leurs formations nous sont mieux connus en même temps que l’impressionnante complexité de leurs navires. C’est le quotidien passionnant des « petites-mains » indispensables à la manœuvre des vaisseaux _ ces premiers géants de la mer_ ou de la moindre gabarre.

Ainsi au fil des pages surgit une réalité, celle de Français vassaux de Neptune qui, dans des conditions souvent difficiles, n’ont jamais tourné le dos à la mer mais en ont accompagné les caprices, pressenti les désirs. Une tyrannie, certes, mais si douce pour ses inconditionnels. »

560 pages
prix : 25,00 €
format : 15 x 24 cm
ISBN : 978-2-0813-3327-7

Une histoire de la marine de guerre française

Nouvel ouvrage dans ma bibliothèque : Une histoire de la marine de guerre française. Le bouquin est paru il y a relativement peu de temps, le 07 avril 2016. Il m’intéresse particulièrement car il est signé Rémi Monaque, auteur de trois ouvrages remarquables : Latouche-Tréville, 1745-1804 : l’amiral qui défiait Nelson (2000) ; Trafalgar : 21 octobre 1805 (2005) ; et Suffren (2009).

L’ouvrage sur Trafalgar, notamment, m’a profondément marqué, car il est paradoxalement à l’origine de mon grand intérêt pour l’histoire navale. C’était en 2005, à l’occasion du bicentenaire de la bataille, j’avais 16 ans. J’écris paradoxalement car l’on sait à quel point la bataille fut un désastre pour notre marine et son alliée espagnole.

On remarquera que ce nouveau livre ne porte pas uniquement sur la période de la marine à voiles, comme à l’accoutumé avec l’amiral Monaque.

Lire la suite

Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire

Dans le billet consacré à la thèse de Michèle Battesti sur La marine de Napoléon III, sans doute l’ouvrage de référence sur le sujet, je regrettais l’absence – à ma connaissance – de travail récent équivalent pour la marine de Napoléon Ier, dont l’histoire est certes bien plus triste, et concluais ainsi : « A quand un équivalent pour la marine du Premier Empire… ? » La réponse était peut-être 2014.

Souvenez-vous, il y a quatre ans environ, un hors-série de la Revue du Souvenir Napoléonien consacré à La marine sous les deux empires nous apprenait que Pierre Lévêque, professeur agrégé d’histoire-géographie qui avait notamment soutenu une thèse intéressante sur Les officiers de la marine du Premier Empire – éditée en 2003 par le Service Historique de la Marine, devenu depuis Service Historique de la Défense – travaillait sur un nouvel ouvrage à propos de l’Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire. Vaste sujet !

Il se trouve que cet ouvrage est paru cette année, il y a quelques mois, de manière incroyablement discrète. Ce manque de publicité est d’autant plus étonnant et regrettable que cette Histoire de la marine du Consulat et de l’Empire semble être un véritable monument : deux volumes (21 x 29,7 cm), Du 18 brumaire à Trafalgar et Après Trafalgar, de 550 pages chacun environ !

N’ayant pas encore eu la chance de le lire, je ne me prononcerai pas quant au contenu de ce travail mais il me semble que celui-ci est assez prometteur. En tout cas, j’y attends beaucoup !

Pour vous procurer les deux volumes qui composent cet ouvrage, il vous faut vous adresser à l’éditeur, la Librairie Historique Teissèdre, qui le vend par correspondance ou directement dans la librairie du 37 rue Saint-André-des-Arts à Paris, au prix de 125 euros. Cliquez ici pour télécharger le bon de commande.

Exposition : Maquettes de la Marine impériale (été 2014)

Je signale la tenue prochaine d’une très intéressante exposition : « Maquettes de la Marine impériale » qui aura lieu cet été (17 juin au 14 septembre 2014) au château de Versailles, dans la galerie des Cotelle du Grand Trianon, organisée en partenariat avec le Musée national de la Marine.

Un bien bel ouvrage (176 pages, 120 illustrations) devrait paraitre à cette occasion, probablement en juillet 2014 : Les navires de Napoléon – Collection Trianon du musée de la Marine.

Lire la suite

Napoléon et la mer : conférence de Michèle Battesti

Dans le cadre de l’exposition Napoléon et l’Europe organisée par le Musée de l’Armée (27 mars – 14 juillet 2013), Michèle Battesti – spécialiste de la marine du XIXe siècle notamment auteur d’une remarquable thèse universitaire à propos de la marine de Napoléon III – a tenu une conférence en mars dernier au sujet de Napoléon et la mer.

Lire la suite

Talleyrand et l’affaire X, Y, Z par Eric Sinou-Bertault

Je viens de me rendre compte que j’ai « manqué » la publication en janvier dernier d’un ouvrage traitant d’un sujet relativement méconnu car souvent occulté par la fulgurante ascension d’un certain général Bonaparte, en Italie et en Égypte notamment, à savoir Talleyrand et l’affaire X, Y, Z par Eric Sinou-Bertault.

Depuis l’exécution de Louis XVI, les relations entre les jeunes républiques française et américaine sont paradoxalement tendues. Les États-Unis se rapprochent de plus en plus de l’Angleterre, au grand dam de la France, qui autorise dés lors ses corsaires à arraisonner les navires américains qui commercent avec les britanniques. Finalement, une délégation d’émissaires américains est envoyée à Paris en 1797 afin de négocier un nouveau traité bilatéral. Trois agents de Talleyrand, ministre français des Relations extérieures, publiquement désignés X, Y et Z, exigent des concessions importantes et des pots-de-vin pour continuer les négociations. L’affaire est révélée par la presse américaine. Elle fait grand bruit et aboutit à une « Quasi-Guerre », uniquement navale et non officiellement déclarée, entre les deux nations hier encore alliées.

Les hostilités commencent plus précisément le 20 novembre 1798, près de la Guadeloupe lorsque les frégates françaises la Volontaire et l’Insurgente capturent la goélette américaine Retaliation. Les combats restent cependant rares, se limitant à des engagements entre corsaires et quelques duels de frégates, on retiendra notamment la prise de la frégate l’Insurgente par la frégate USS Constellation. Finalement, cette situation absurde ne dure guère, Napoléon Bonaparte fraichement arrivé au pouvoir tient à y mettre un terme rapidement. La Quasi-Guerre s’achève le 30 septembre 1800 par le traité de Mortefontaine.

Publié aux éditions L’Harmattan le 5 janvier 2013, ce livre de 276 pages est à ma connaissance le seul ouvrage en français sur cette malheureuse affaire. Pour cela, il mérite certainement que l’on s’y intéresse.

MAJ 6 octobre 2013 : C’est avec tristesse que je viens d’apprendre le décès récent de Monsieur Eric Sinou-Bertault. Cet homme très aimable et passionné m’avait contacté peu après la publication de ce billet il y a plusieurs semaines, l’occasion d’échanger plusieurs messages à propos de notre intéret commun pour l’histoire de la marine. Eric Sinou-Bertault était membre de l’Association des Amis du Musée de la Marine (AAMM), de la Société Française d’Histoire Maritime, du Comité Nantais de documentation historique de la Marine, de la North American Society for Oceanic History et de la Société Canadienne de Recherche Nautique. Une bien malheureuse nouvelle.

Monographie : L’Aurore, frégate légère (1697)

Les éditions Ancre viennent de publier une nouvelle monographie consacrée à la frégate légère l’Aurore (1697). L’auteur de cet ouvrage est Jean-Claude Lemineur, qui a notamment écrit un remarquable ouvrage sur la marine de Louis XIV : Les Vaisseaux du Roi Soleil, malheureusement quasiment introuvable aujourd’hui. Il est également à noter que ce spécialiste travaillerait actuellement sur la monographie d’un vaisseau de 90 canons datant de la fin du XVIIe siècle. Affaire à suivre…

La monographie de la frégate légère l’Aurore est en vente sur le site d’ANCRE au prix de 115 €.

Lire la suite